Input your search keywords and press "Enter".
12 avril 2021

Souria_Draws : « La F1, ce n’est que des émotions ! »

522 Views

Souria est une artiste de 25 ans qui partage ses passions à travers son art. Si vous êtes assidus des réseaux sociaux, il n’est d’ailleurs pas impossible que vous soyez déjà tombés sur une de ses œuvres et son pseudonyme @souria_draws. En l’espace de quelques mois la jeune femme, qui se fait discrète, a su pourtant se faire remarquer par la communauté F1.

Portrait d’une artiste passionnée et ambitieuse.

Ses Débuts

Comme beaucoup d’enfant, le dessin s’est d’abord avéré être un passe-temps pour Souria qui admet avoir pris ça plus sérieusement dès le départ.

Quand j’étais petite, vers 7-8 ans, il n’y avait aucune activité qui me faisait tenir en place, se rappelle-t-elle. Je n’avais aucune patience, faire un puzzle m’ennuyait. J’étais calme ou ne bougeais plus seulement quand je dessinais ».

Grandir au sein d’une famille artistique et suivre une spécialité d’arts plastiques au lycée l’a aidée à développer ses compétences mais l’entrée à l’université a coupé court à son hobby. Il a fallu attendre 2018, une année sabbatique et l’achat d’un IPad pour que son ancienne passion remonte à la surface. Elle n’avait alors jamais dessiné de façon numérique.

Ça a été la révélation, commente la jeune femme. J’ai réactivé ce que je savais faire. Je me souviens exactement du moment où j’ai recommencé à dessiner. C’était un dimanche, je regardais la Formule 1 et j’ai dessiné un pilote. J’ai continué depuis et pendant le premier confinement je dessinais à la chaîne.”

Souria est amatrice de cinéma, de séries, de comics et de football, c’est pourtant la F1 qui l’a reconnectée à son art. Elle songe à diversifier ses travaux à toutes ses passions mais n’envisage pas d’abandonner la F1.

Mon compte est dédié à tout ce que j’aime, toutes mes passions, déclare l’artiste. J’essaie de le retranscrire, le partager et voir si ça inspire d’autres personnes. Même si je diversifie le contenu sur mon compte, je ferai toujours de la Formule 1. C’est toujours dans l’actu, on a des courses presque tous les weekends. De plus, McLaren est mon écurie préférée, j’ai toujours des idées, je suis toujours inspirée.”

Sa Communauté

Ses premières publications sur son compte Instagram (@sou_draws) remontent à juillet 2020. Elle décide alors de dessiner toute la grille des pilotes et publie chaque portrait sur ses réseaux sociaux ; l’effet ne se fait pas attendre. Son travail est immédiatement aimé, partagé et remarqué par les membres de la communauté F1.

Elle retient particulièrement l’attention d’un certain Lando Norris. Le pilote britannique, habitué des réseaux sociaux, partage ses dessins et utilise l’un d’entre eux, aujourd’hui encore, comme photo de profil de son compte Twitch. Le profil de Souria gagne en reconnaissance, tandis que McLaren et Lewis Hamilton réagissent à leur tour à ses œuvres. Une attention inespérée pour notre française.

“Sans ça, je n’aurais probablement pas eu l’attention que j’ai aujourd’hui, nous confie-t-elle. Cela fait vraiment chaud au cœur de voir que les pilotes prennent le temps de partager, d’apprécier le travail des artistes. Je mets beaucoup d’énergie dans mes dessins, sachant que j’ai un travail à côté. Je prends le temps de faire de beaux dessins et qu’ils prennent le temps de les apprécier me fait super plaisir et me booste.”

Souria s’est lancée le défi de créer des posters de course pour McLaren en amont de chaque Grand Prix. En bonne supportrice de l’écurie, elle regrettait ne pas avoir régulièrement des posters McLaren à l’image de ce que fait Ferrari. Son idée a été grandement appréciée par sa communauté qui attend impatiemment de voir le fruit de son travail.

“Un poster entier, où il existe un travail de composition avec deux pilotes, un paysage en fond et une voiture, ça me demande environ 15 à 20h de travail, 22h max en comptant le temps de recherche, nous explique-t-elle. Quand c’est un portrait avec un fond tout simple, je mets entre 8 et 10h.”

A l’image de beaucoup d’artistes, elle est une grande perfectionniste. Il lui arrive de ne pas être entièrement satisfaite de son travail, mais le retour des gens qui la suivent attentivement est une vraie récompense à ses yeux.

“C’est très important pour moi de lire et répondre à tous les messages que je reçois. Même s’il devient compliqué de répondre à tout le monde, j’écris un message de remerciement d’ensemble. J’apprécie énormément que les gens prennent le temps de déposer un gentil message. Finir un dessin, c’est drainant. Ce sont des heures passées pour des likes, je ne gagne pas d’argent. Les gens qui réagissent à mes dessins c’est ma seule récompense.”

Son art

Si le travail de Souria se distingue, c’est aussi grâce à son style. On y retrouve un mélange de toutes ses inspirations, y compris sa passion pour les comics et la peinture.

“J’essaie de garder un style naturel, pas trop digital, gommé et lisse, décrit-elle. Je fais de grosses ratures, de gros traits noirs avec un côté peinture brute. J’ai toujours aimé les comics et leurs expressions. On retrouve dans mes portraits ces gros traits noirs, un côté peinture renaissance au niveau des expressions du visage et globalement un travail sur la lumière et les effets de matière.”

Mettre en avant l'art de Souria. Illuster l'article

Souria est une artiste authentique. S’il serait tentant de se laisser influencer par les likes et les partages, elle essaie de garder le même état d’esprit que la première fois devant sa télé. Elle dessine le message qu’elle souhaite faire passer et l’accent se trouve très souvent sur les émotions.

“La Formule 1, ce n’est que des émotions ! On peut se dire que ce sont que des voitures qui font “vroom vroom” mais ce sont des personnes qui ne font pas un travail normal. C’est une passion, qui est dangereuse. Les pilotes sont prêts à tout pour leur passion.”

Quand on lui demande ainsi qu’elle est son pilote favori à dessiner, elle répond sans hésiter Senna. Un pilote qui a su lui-même se définir comme vivant à travers ses émotions.

Je ne sais pas si je dessinerai Senna qui sourit un jour, ce n’est pas l’expression que je souhaiterais partager, avoue Souria. Je suis quelqu’un qui pense beaucoup et je me dis que lui aussi devait beaucoup réfléchir. Je le dessine tout le temps en réflexion ou triste. Il n’y a pas vraiment d’expression joviale dans mes dessins, un rictus au mieux.”

La même règle s’applique quand elle dessine les blagueurs du paddock, Daniel Ricciardo et Lando Norris. Ils sont ses pilotes préférés par la légèreté qu’ils apportent, mais dans ses œuvres le nouveau duo de McLaren ne sera pas représenté comme souriant.

Peut-être un jour si le sujet se présente, concède la française. Mais pour moi la Formule 1 c’est très sérieux ! (Rires) On est lancé à 300 km/h, c’est super dangereux, super sérieux. Se sacrifier pour sa passion c’est lourd de sens. Peut-être qu’avec des footballeurs ou des acteurs se serait différent.”

Quelques œuvres en images

Nous entretenir avec Souria était pour nous une bonne occasion de revenir avec elle sur certains de ses dessins phares. Nous avons cherché par exemple à connaître quel a été le dessin auquel elle a le plus apprécié donné vie. Encore une fois, il s’agit d’un portrait de Senna, les yeux tournés vers le ciel, plongé en pleine réflexion. Elle nous explique que c’est particulièrement la symbolique derrière le dessin et son côté spirituel qu’elle a aimé créer.

Cependant en termes de résultat final, il existe une autre œuvre dont elle a été le plus satisfaite au moment de l’interview.

“Le poster McLaren de Bahreïn que j’avais fait avec le coucher du soleil ! Même moi je n’en revenais pas d’avoir réussi. J’ai mis plus de 20h, je suis restée deux semaines dessus.”

Assez logiquement nous avons cherché à connaître les dessins dont elle était le moins fière. Elle a avoué être restée plus dubitative face à son dessin de Kimi Räikkönen (voir ci-dessous). Malgré le fait que le Finlandais ait une expression naturellement sérieuse convenant à son style, elle nous décrit avoir eu du mal avec les traits fins et la clarté du teint du pilote.

A-t-elle déjà dessiné un pilote qu’elle n’a jamais mis en avant sur ses réseaux ?

“J’ai fait un sketch que je n’ai jamais terminé de Fernando Alonso. J’ai commencé à suivre la Formule 1 en 2005, 2006, en plein durant la période Alonso VS Schumacher, nous confie-t-elle. C’est à travers lui que j’ai commencé à regarder la Formule 1, c’est le premier pilote que j’ai soutenu.”

Elle avoue cependant que même à l’époque elle gardait un œil sur les performances de McLaren. Aujourd’hui, ce sont les pilotes de l’écurie de Woking qu’elle trouve les plus simples à dessiner.

Avec l’habitude, je connais toute la structure du visage de Lando. Je l’ai dessiné au moins une vingtaine de fois, c’est comme tout dans la vie, tout passe par la pratique. J’avais du mal avec Daniel au début, mais je commence à imprimer comment le dessiner.”

Ce ne sont pas que des fans de l’écurie britannique qui suivent Souria sur ses réseaux. Beaucoup semblent apprécier son art, indépendamment de leurs favoris. Notre artiste française a su, une nouvelle fois, se démarquer en fin de saison dernière en dessinant certains pilotes transférés dans leurs nouvelles combinaisons.

“Mes plus gros succès sont les portraits des pilotes en anticipation, rapporte-elle. Quand j’ai dessiné Ricciardo dans la tenue McLaren avant que les premières images sortent. On avait que des montages photos à l’époque, je me suis dit qu’il fallait faire quelque chose ! Même chose pour Sebastian Vettel dans sa tenue Aston Martin ou Carlos Sainz chez Ferrari.

Dans un autre registre, mon portrait de Pierre Gasly a été très apprécié.”

Et à l’avenir ?

Si les dessins de Souria vous plaisent et que vous souhaitez soutenir son travail, vous pouvez faire un tour sur sa boutique Etsy. Vous y trouverez des tirages de plusieurs tailles en édition limitée.

“J’essaie de mettre le maximum de prints dessus mais j’aime que ça reste un peu exclusif. Je fais souvent des éditions limitées, car j’ai mis tellement de temps et d’énergie dans mes œuvres. Je souhaite que ça ne se retrouve pas partout et que ça reste qualitatif. J’imprime 10 à 15 tirages.”

Si ses dessins ont désormais l’habitude d’être partagés par McLaren, le rêve de Souria reste cependant de travailler pour l’écurie au sein de l’équipe Marketing en tant qu’illustratrice.

C’est ce que j’adorerais faire en F1. Proposer du contenu, des illustrations sans forcément passer par du graphic design. J’ai l’impression que je suis faite pour ça. Pourquoi pas poster un beau dessin pour l’anniversaire d’un pilote ? Pour célébrer un événement ? Ce serait intéressant d’incorporer un peu d’art dans le contenu digital des écuries, je vais essayer de changer ça (rires).”

C’est tout le malheur qu’on lui souhaite. Ainsi que la santé qu’elle a souhaitée quand on lui a demandé pour “avoir l’énergie de continuer à dessiner.

Retrouvez-la ici :

Sur Instagram : https://www.instagram.com/sou_draws/

Sur Twitter : https://twitter.com/sou_draws  

Le portfolio de Souria : https://souria-draws.myportfolio.com 

© Souria_Draws (Toutes les illustrations de l’article)

Share This Article

Laisser un commentaire

No More Posts
[mc4wp_form id=""]